Mémoire et tradition au Ladakh

5 Avr 2024Destinations0 commentaires

Temps de lecture : 4 minutes

J’ai eu la chance et le bonheur de voyager de nombreuses fois au Ladakh ces six dernières années, à la rencontre de ce peuple dont la générosité et le sens de l’accueil sont à la hauteur de leur légende. Mon premier voyage là-bas est encore frais dans ma mémoire : les drapeaux de couleur claquant au vent, l’odeur de l’armoise qui brûle dans les temples, le son du vent dans les branches des saules bordant les rivières, la chaleur du ciel inencombré de ses longs étés…

J’ai été surpris par ce peuple qui s’est ouvert à la mondialisation il y a moins d’un demi-siècle. Surpris car s’ils ont laissé la modernité entrer dans le pays, il n’en ont pas pour autant abandonné leurs traditions. Et celles-ci sont totalement adaptées à leur environnement, ce qui a pour conséquence que les ladakhis ne sont pas oppressés par le temps qui passe trop vite, l’impératif d’efficacité, la culture de la compétition, comme le sont tant de peuples qui ont été colonisés dans le monde et ont perdu leurs propres repères…

Paysage du Nord du Ladakh, montagnes arides et vallée verdoyante où poussent des céréales et des peupliers
Saules et peupliers dans la vallée de la Nubra

Préserver les traditions ancestrales pour un avenir durable au Ladakh

Au cœur des montagnes majestueuses du Ladakh, région isolée de l’Himalaya, les communautés locales ont développé au fil des siècles des traditions uniques et ingénieuses pour s’adapter à leur environnement exigeant et préserver leurs moyens de subsistance. Parmi ces traditions séculaires, les pratiques agricoles traditionnelles se démarquent comme des solutions vitales aux enjeux sociétaux contemporains.

Une femelle urial et ses petits dans une culture en terrasse typique de l'agriculture au Ladakh
Culture en terrasses, avec une urial et ses petits

Une agriculture en harmonie avec la terre

Les cultures en terrasses représentent une pratique agricole traditionnelle du Ladakh qui met l’accent sur la préservation des sols et la gestion durable des terres. Ces terrasses en pierre, construites le long des pentes des montagnes, permettent de créer des surfaces cultivables sur des terrains montagneux et accidentés, tout en réduisant l’érosion des terres et en améliorant la rétention d’eau. En favorisant la diversité des cultures et la conservation des sols, ils contribuent à assurer la sécurité alimentaire et la durabilité des modes de vie agricoles au Ladakh.

En investissant dans la restauration et la préservation de ces cultures en terrasse, le Ladakh peut renforcer sa résilience face aux défis environnementaux et climatiques tout en préservant son patrimoine culturel et son lien avec la terre. Plutôt que de s’appuyer uniquement sur des pratiques agricoles modernes et intensives, le Ladakh peut tirer parti de ses traditions ancestrales pour créer des systèmes agricoles durables et écosystémiques qui bénéficient à la fois aux communautés locales et à l’environnement.

Des fleurs jaunes d'une culture en terrasse de moutarde dans une grande vallée du Nord du Ladakh
Champ de moutarde dans la vallée de la Nubra

Une approche holistique de l’agriculture

Le système d’agroforesterie traditionnel incarne une approche holistique de l’agriculture qui intègre la culture de fruits et d’arbres “utiles” aux côtés des cultures vivrières, créant ainsi des agroécosystèmes diversifiés et productifs. Les arbres fruitiers comme les pommiers, les abricotiers et les noyers fournissent non seulement des fruits nutritifs, mais aussi de l’ombre et de l’humidité pour protéger les cultures contre la chaleur et la sécheresse. En combinant la diversité des cultures avec la préservation des arbres et des arbustes, cette pratique favorise la régénération des sols, la conservation de l’eau et la protection de la biodiversité locale. De plus, les agroforêts offrent un habitat vital pour une variété d’espèces végétales et animales, renforçant ainsi la résilience des écosystèmes locaux.

Dans une ferme traditionnelle, une meule en pierre traditionnelle qui sert à broyer l'orge grillé et produire cette farine typique de cette partie du monde, la ngamphe (appelée Tsampa au Tibet)
Farine d’orge grillé (“ngamphe”)

Une gestion ancestrale de l’eau

Les canaux d’irrigation communautaires représentent un exemple remarquable de gestion traditionnelle de l’eau au Ladakh. Ces canaux, construits en pierre et en terre, sont conçus pour collecter et distribuer l’eau de fonte des glaciers et des rivières aux champs et aux vergers des agriculteurs. Au-delà de cet usage de leur fonction pratique d’irrigation, en s’appuyant sur ce système traditionnel de gestion de l’eau, les communautés ladakhis peuvent préserver les ressources en eau locales, minimiser les conflits liés à l’accès à l’eau et promouvoir une utilisation durable des précieuses ressources hydriques. De plus, ce système favorise la coopération et la solidarité entre les membres de la communauté, renforçant ainsi les liens sociaux et la résilience communautaire face aux défis environnementaux et climatiques.

Dans une vallée du Ladakh qui s'étire sous un monastère traditionnel, on peut voir les cultures en terrasse irriguées, incroyablement vertes par rapport à l'environnement minéral
Parcelles irriguées sous un monastère

Un système communautaire de gestion des pâturages

Dans les régions pastorales du Ladakh les assemblées communautaires jouent un rôle crucial dans la gestion des pâturages et la préservation des ressources pastorales. Ces assemblées réunissent les membres de la communauté pour prendre des décisions sur l’utilisation des zones de pâturage, les périodes de pâturage et les mesures de conservation. Ces décisions sont prises en fonction des conditions climatiques, de la disponibilité des pâturages et des besoins des troupeaux, et sont guidées par des principes de partage équitable des ressources et de durabilité à long terme.

Ce système repose sur des valeurs de coopération, de solidarité et de responsabilité collective envers l’environnement et les ressources naturelles. En impliquant activement les villageois dans la gestion des pâturages, il favorise la durabilité des écosystèmes pastoraux, la résilience des troupeaux et la cohésion sociale au sein des villages.

Cette gestion implique la rotation des pâturages et la mise en place de zones de repos pour permettre aux écosystèmes de se régénérer et de prévenir la surexploitation des terres. Cette approche holistique de la gestion des pâturages contribue à maintenir l’équilibre écologique, à préserver la biodiversité et à soutenir les modes de vie traditionnels des communautés pastorales ladakhis.

Petit village dans une grande vallée du Centre-Nord du Ladakh, entouré de ses cultures en terrasses irriguées
Oasis de torrent dans la vallée de la Shyok

L’intérêt des solutions traditionnelles pour les enjeux sociétaux au Ladakh

En reconnaissant l’importance des traditions ancestrales comme celles mentionnées ici, le Ladakh peut développer des solutions endogènes et culturellement appropriées pour répondre aux défis sociétaux contemporains. Plutôt que de s’appuyer uniquement sur des technologies modernes et des approches occidentales, le Ladakh peut puiser dans son riche patrimoine culturel et ses connaissances traditionnelles pour créer des réponses innovantes et durables aux enjeux environnementaux, agricoles et sociaux auxquels il est confronté. En préservant et en promouvant ces traditions ancestrales, le Ladakh peut façonner un avenir durable et résilient pour ses communautés et son environnement, tout en préservant son identité culturelle et son lien profond avec la terre himalayenne.

La Haute vallée de l'Indus, cultures en terrasses et boisements de maintien des terres agricoles autour des villes et villages
Haute vallée de l’Indus

Robin, pour la Compagnie des Aventuriers. Depuis les Alpes, Mars 2024.

Pour découvrir par vous-même les traditions vivantes des ladakhis, vous pouvez vous joindre à nous dans cette prochaine expédition. En l’espace de deux semaines, vous verrez de vos propres yeux les avantages incontestables de l’agriculture traditionnelle sur l’environnement du “Petit Tibet” !

Si vous ne pouvez pas voyager mais que vous souhaitez aider, il est possible de donner pour une excellente cause au Ladakh, le soutien à l’agriculture traditionnelle. Vous pouvez faire un don ici à Local Futures , une ONG qui promeut ces projets depuis plus de 40 ans !

<a href="https://compagnie-aventuriers.fr" target="_self">Robin</a>

Robin

Associé fondateur de la Compagnie des Aventuriers, grand baroudeur, il a usé ses bottes surtout sur les chemins d'Asie, il retape désormais une ancienne fermette dans les Alpes après sept années dans l'Himalaya. Anthropologue de formation, il se passionne de tout, botanique, zoologie, gemmologie, écothérapie, et bien d'autres sciences. Il ne maîtrise que quatre langues mais voudrait en parler une douzaine et, au grand dam de son épouse, il collectionne les cailloux...

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le !

Articles similaires

Retrouvez notre sélection d’aventures dans nos catalogues

S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest