Les animaux indicateurs

20 Avr 2023Nature0 commentaires

Temps de lecture : 3 minutes

On peut aimer les animaux juste pour le plaisir de les observer, et ce serait déjà une bonne chose pour l’amélioration des relations entre humains et non-humains.

Mais au fil de la longue histoire que nous partageons avec eux, ils nous ont aussi enseigné de très nombreuses choses sur l’environnement, que certains de nos ancêtres ont réussi à nous transmettre, que certains d’entre nous ont réussi à ne pas oublier malgré la distance que la ville met parfois entre nous et nous frères non-humains.

Lors d’une randonnée sauvage, vous pourriez donc tirer des enseignements des comportements animaux, et recevoir les signes qu’ils peuvent vous donner sur les ressources accessibles, les changements de météo, la présence d’autres êtres vivants…

Les premières indications qu’on peut utiliser concernent l’eau. En effet,  c’est une ressource dont on peut difficilement se passer, car l’humain ne peut – en moyenne – pas survivre plus de trois jours sans eau. Il y a certains oiseaux qui indiquent la présence d’eau.

C’est le cas par exemple des mangeurs de graines, qui ont comme nous le besoin de boire : sous nos contrées ce seront par exemple les colombidés (pigeons, colombes, tourterelles, palombes…) qu’on peut facilement repérer à leur chant, à leur vol spécifique, et à leur taille et allure. Si vous parvenez à les suivre, elles vous amèneront assez vite à un point d’eau. Pas forcément potable, mais vous devriez avoir sur vous de quoi la transformer si vous avez bien fait votre sac ou suivi nos conseils.

Attention à ne pas vous engager à la poursuite de n’importe quel volatile, car certains d’entre eux ne consomment pas d’eau, ils se contentent des liquides présents dans leur nourriture (comme les vautours et d’autres rapaces).

De nombreux insectes seront aussi de bons indicateurs d’eau : fourmis, abeilles et papillons par exemple, qui sont tous plus ou moins faciles à reconnaître et à suivre. Bien sûr ils vous mèneront parfois à des points d’eau dont la quantité vous semblera insuffisante à vos besoins, mais ce sera déjà un bon début.

Ensuite, les animaux peuvent être des indicateurs de changement de météorologie. Tout le monde se rappellera par exemple des hirondelles qui volent bas et annoncent la pluie. En effet, les oiseaux se nourrissant d’insectes vont avoir tendance à chasser plus bas quand ces derniers se préparent à se poser avant l’arrivée de la pluie. Et à l’inverse les poissons remontent vers la surface, attirés par le même butin. On peut remarquer aussi que les fourmis se mettent souvent à marcher en ligne, les abeilles ne s’éloignent plus trop de la ruche, les mouches piquent plus souvent, l’araignée travaille à sa toile et retend bien les fils, les lombrics sortent de terre,… Si le faisceau d’indices s’épaissit, il est temps pour vous de trouver un abri !

Enfin, de nombreux animaux sont des indicateurs de présence d’autres êtres vivants. Certains par leur simple présence signifient la proximité d’installations humaines : les animaux domestiques comme le chien et le chat bien sûr, mais aussi le rat, le pigeon, le moineau en sont des exemples. Dans la nature sauvage, certains, comme les corvidés peuvent aussi signaler la présence de grands prédateurs aux autres animaux. Mais ce sera toujours à vous de déterminer si le corbeaux vous prévient de l’arrivée d’un humain ou d’un loup…

Et pour finir, il existe même une famille d’oiseaux qui tire son nom même de cette propension à guider les autres animaux : ce sont les indicatoridae, qui vont amener les ratels ou même des chasseurs humains aux ruches à miel, afin de pouvoir ensuite profiter du butin !

On peut noter au passage qu’il existe d’autre “bioindicateurs” en dehors du monde animal, tels que des plantes et champignons. Certains métiers sont passés experts dans la lecture de ces signes, comme les apiculteurs, les maraichers, les écologues, qui s’en servent pour connaitre la qualité de l’eau, de l’air, du sol… Chaque environnement a ses propres spécificités, et vous pouvez apprendre à mieux le connaitre en y passant du temps, en lisant des traités scientifiques à son sujet, ou en venant participer à l’un de nos ateliers nature.

<a href="https://compagnie-aventuriers.fr" target="_self">Robin</a>

Robin

Associé fondateur de la Compagnie des Aventuriers, grand baroudeur, il a usé ses bottes surtout sur les chemins d'Asie, il retape désormais une ancienne fermette dans les Alpes après sept années dans l'Himalaya. Anthropologue de formation, il se passionne de tout, botanique, zoologie, gemmologie, écothérapie, et bien d'autres sciences. Il ne maîtrise que quatre langues mais voudrait en parler une douzaine et, au grand dam de son épouse, il collectionne les cailloux...

Vous avez apprécié cet article ?
Partagez-le !

Articles similaires

Retrouvez notre sélection d’aventures dans nos catalogues

S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest